En savoir plus

 

Le saviez-vous ? 

Qu'est-ce qu'un "grognard ?"

Les grognards sont les soldats de la Vieille Garde de Napoléon Ier. Ce sont les plus fidèles, les plus expérimentés, qui suivent l'Empereur depuis ses premières campagnes militaires ! Mais alors pourquoi les appelle-t-on "grognards" ? Tout simplement parce qu'ils grognent ... C'est l'Empereur qui les surnomma ainsi car c'étaient des hommes qui se plaignaient énormément sur leurs conditions de vie pendant les campagnes militaires. Il faut avouer qu'ils avaient de quoi pester ! Essayez de vous imaginer à leurs places : marcher jusqu'à 250km en deux semaines, avec plus de trente kilos sur le dos, emcombré d'un fusil, de cartouches, et d'une marmite pour diner après l'effort ! Parfois ils étaient tellement épuisés qu'ils laissaient leur marmite de côté sur la route même si cela signifiait qu'ils ne pourraient pas manger le soir. 

Grognards endormis, photo prise pendant le bicentenaire des adieux de Napoléon Ier à Fontainebleau. © Boris Jaladieu 

Elle est cachée sous le canapée en dessous d'une estrade roulante ! 

 

Sous le Premier Empire, posséder une baignoire chez soi n’est pas courant,  cet objet se trouve chez les familles les plus riches. Le bain était davantage considéré comme un moyen de soigner les maladies que comme un geste d’hygiène. Les plus modestes utilisaient les bains publics. L’eau était alors encore très chère ; les Parisiens ne disposaient que d’un litre d’eau par jour et par personne.

A l’époque, dans les foyers des bourgeois, il était courant de cacher sa baignoire, car ce n’était pas considéré comme assez beau pour être montré ! Bien que l’Impératrice ait la possibilité de prendre des bains dans son cabinet de toilette, l’évacuation d’eau n’existait pas encore. Il fallait vider l’eau de la baignoire avec des seaux. Après s'être lavée l'Impératrice s'apprêtait et se préparait. Derrière le canapé est aménagé un petit cabinet faisant office de garde-robe. Au total, la toilette de l'Impératrice pouvait parfois durer plus de trois heures !

La baignoire de l'Impératrice

La baignoire de l'Impératrice

Où est cachée la baignoire de l'Impératrice ?

 

Napoléon et la gastronomie

 

Napoléon n’était pas un grand gourmand, ni un fin gourmet. En-dehors des quelques indispensables banquets à l’occasion de mariages, de sacre, ou autres cérémonies, l’empereur n’aimait rien de mieux qu’un simple plat de pâtes au poulet ou de poisson. Et il était trop pressé pour passer plus de 10 minutes à table. 

 

Cependant, la gastronomie française était aussi prestigieuse au Premier Empire qu’au 18ème siècle, notamment grâce à Carême, cuisinier de l’Empereur. La passion pour la gastronomie à cette époque entraine le développement des restaurants. Avec les campagnes napoléoniennes et la colonisation (soumission de certains pays à l’Empire et autres grandes puissances, tels l’Inde, l’Amérique…) arrivent de nouveaux ingrédients : épices, caviar, cacao, café, parmesan… Carême crée pour l’Empereur le « poulet sauté à la Marengo », qui réunit certains de ses ingrédients favoris : poulet, écrevisses, champignons. D’autres recettes aux saveurs surprenantes voient le jour : aubergines à l’indienne, potage au parmesan, fromage à la vanille, à la rose…

 

A l'époque, tous les plats étaient servis au même moment sur la table. C’est le service à la française. Par conséquent, la nourriture présentée lors des banquets était bien souvent tiède, voire froide. Ce n’est que plus tard que le service à la russe, qui consiste à apporter les plats chauds les uns après les autres, s’imposa. 

 

Pour les grandes occasions comme son mariage avec Marie-Louise, Napoléon ne néglige pas la présentation. Les convives sont reçus dans un décor à l’antique (c’est-à-dire qui s’inspire de l’Antiquité gréco-romaine avec des colonnes etc) et mangent dans « le grand vermeil » (vaisselle d’argent recouverte d’or) ou le « service de l’Empereur » (vaisselle en porcelaine blanche de Sèvres). Il est encore possible aujourd’hui d’admirer, dans le musée Napoléon Ier du château de Fontainebleau ou la section Premier Empire du Musée du Louvre, les assiettes en céramique de Sèvres finement décorées de paysages, animaux, portraits… 

Deux assiettes en céramique de Sèvres du Service de l'Empereur,

© RMNGP, Jean-Pierre Lagiewski et Gérard Blot

Terrine ovale  du Grand Vermeil de l'Empereur

© RMNGP, Jean-Pierre Lagiewski

Les Bonapartes

 

Napoléon Ier n'a pas seulement régné en empereur sur la France. Il a aussi placé les différents membres de sa familles à la tête des pays européens voisins. Ainsi :

- son fils fut proclamé roi de Rome

- sa sœur Caroline, qui épousa Joachim Murat, devint reine de Naples

- son frère Louis, roi de Hollande

- son frère Jérôme, roi de Westphalie (en actuelle Allemagne)

- sa sœur Elisa, princesse de Lucques (une ville en Italie, près de Pise et Florence)

- son frère Lucien, prince de Canino (une ville du centre de l'Italie, non loin de Rome)

- son frère Jospeh, roi d’Espagne

Quant à son neveu Louis Napoléon, futur Napoléon III, il lui succéda entre 1852 et 1870

Certains plats appréciés à l'époque n'ont pas disparu aujourd'hui. C'est le cas par exemple du gâteau Napoléon, spécialité russe semblable au Mille-feuilles méconnue en France, mais dont l'origine remonte à l'influence de la France dans la Russie du 19ème siècle. Pour visualiser la recette, cliquez ici (recette du 19ème siècle). ou là (recette mise au goût d'aujourd'hui)

La mode de l'Antiquité

 

        Sur le Royaume de Naples, gouverné par Caroline, la soeur de Napoléon, des fouilles archéologiques sont entreprises à Pompéi, ville antique détruite par le Vésuve. Les chercheurs retrouvent de nombreuses oeuvres et des objets de cette période. La mode de l'Empire gréco-romain devient une influence majeure du Premier Empire. 

 

          Aussi bien pour les coiffures que pour les tenues, les personnes adoptent la mode à l'Antique. Ainsi les femmes portent des robes en mousseline avec la taille empire et les hommes sont appréciés avec les cheveux court légèrement bouclés à la Titus, ancien Empereur romain. La robe Empire est d'autant plus populaire qu'elle est faite de tissus très légers et transparents ; elle se porte sans corset, ce qui augmente le confort et la liberté de mouvement. Le corps est mis en valeur, avec une taille marquée sous la poitrine ; c'est pourquoi les femmes veillent d'avantage sur leurs silhouettes longilignes dès cette époque.

La mode inclut également l'Antiquité Egyptienne suite aux campagnes militaires de Napoléon Ier en Egypte qui mena à la découverte des pyramides et la traduction des hièroglyphes. 

 

La mode orientale et le châle

 

L'occupation de l'Inde par les britanniques depuis le 17ème siècle créé une envie d'exotisme en Europe. Sous l'impulsion de peintres du Premier Empire et de la découverte de matières telles que le cachemire, la mode de l'Orientalisme s'affirme. Ainsi sous le Premier Empire le châle est indispensable dans la garde-robe d'une femme de la haute et riche bourgeoisie ! Il s'agit d'une grande pièce de tissus que les femmes portent sur leurs épaules. La première épouse de Napoléon Ier, Joséphine, en possédait plus de 150 ! Figure de mode de l'époque, elle fût l'une des premières femmes de France a en porter car son mari l'Empereurlui en avait envoyé lorsqu'il menait campagne en Egypte. Pourtant au départ cette mode ne lui plait pas spécialement. Elle écrit à son fils Eugène : "J'ai reçu les châles, ils me paraissent fort laids. Leur avantage est dans la légèreté. Je doute que cette mode prenne." Pourtant encore aujourd'hui le châle reste un accessoire de mode.

Le saviez-vous ? Les voitures roulent du côté droit de la route depuis le règne de Napoléon Ier !  

 

 

Nous devons à Napoléon Ier de nombreuses avancées très importantes dans plusieurs domaines. Il a ainsi contribué à la mise en place des lycées, à la création du baccalauréat ou encore à l'élaboration du Code Civil. Mais il est également l'auteur de réformes plus surprenantes comme celle de circuler à droite de la route !

 

Avant le règne de l'Empereur, les cavaliers avançaient toujours par la gauche au moment des batailles, et ce pour une raison pratique. C'est en effet de la gauche d'où provenaient les attaques car c'est la main droite qui servait au maniement des armes. Il était donc plus logique de se placer du côté gauche de la route pour repèrer rapidement le danger et affronter l'ennemi. Napoléon Ier eut un jour l'idée d'inverser le côté de l'attaque au moment des batailles afin de surprendre l'adversaire. Cette stratégie de l'attaque par la droite se répandit ensuite dans tous les pays nouvellement conquis, et la coutume fut dès lors de voyager de ce côté-ci de la route.

 

La Grande-Bretagne, jamais occupée par les armées napoléoniennes : elle resta, elle, fidèle à l'ancienne tradition et c'est pourquoi, aujourd'hui encore, les voitures y roulent à gauche.

 

 

 

Voici à quoi pouvait ressembler le menu d'un banquet impérial :

Pour plus de détails sur les différents membres de la famille Bonaparte, vous pouvez voir ici le dossier pédagogique du château.

Vous pouvez également repérer les différents royaumes entre les main de la famille de Napoléon Ier sur cette carte. 

Toute mode a une raison ! 

 

La mode du Premier Empire, elle, reflète en partie la politique et les conquêtes de Napoléon Ier.

 

 

Louis Napoléon Bonaparte était le neveu de Napoléon Ier. Il devint empereur sous le nom de Napoléon III en 1852, et le resta jusqu’en 1870.

 

Il aimait séjourner au château de Fontainebleau avec sa femme, Eugénie, durant l’été. Les appartements qu'ils y firent construire restent les témoins de cette période.

 

L’Impératrice installa le musée Chinois et son salon des Lacs dans le Gros Pavillon, au bord de l’étang aux Carpes. De nombreux objets précieux venus d’Asie y sont exposés. Napoléon III, quant à lui, passait beaucoup de temps dans son cabinet de travail et son fumoir, et fit construire le Théâtre Impérial dans l’aile Louis XV. Les invités étaient logés dans des appartements meublés.

D'un Napoléon à l'autre

 

Le Salon des Lacs de l'Impératrice, © FMR Giovanni Ricci Novara

Le musée Chinois, © Hugo Martaens

Le cabinet de travail de Napoléon III, © Château de Fontainebleau

Le salon de l'appartement d'invités, ©RMNGP/Gérard Blot, Château de Fontainebleau

Le Théâtre impérial, © Gilles Coulon

Napoléon III par Franz Xavier Winterhalter ©RMNGP/Gérard Blot, Château de Fontainebleau

Ils vous ont reçus au château...

 

Debout : Louise, Véronique, Juliette, Fabrice, Suzanne, Marine, Constance

Assis : Lucile, Edwige, Claire, Ydire et Jean-Noël

L’EQUIPE ARTISTIQUE :

 

Claire Gérald est danseuse et chorégraphe, et propose régulièrement des ateliers de danse. Lors des Portes du Temps de cette année au château de Fontainebleau, les participants ont pu apprendre, avec Claire et Constance, des danses typiques du Premier Empire telles que le quadrille.

 

Fabrice Goubin est musicien et ingénieur du son pour Studiosono, une association qui vise à promouvoir les pratiques musicales contemporaines. Par son atelier de cinéma sonore il initie les participants des Portes du Temps au montage de bandes-son tout en les familiarisant avec des univers sonores.

 

Jean-Noël Hautefaye est maître d’armes à l’Académie d’Armes de France. Il initie tout au long de l’année des jeunes à l’escrime par des cours et des ateliers, comme cette année au château de Fontainebleau lors des Portes du Temps. Il conçoit également des spectacles d’escrime et a remporté plusieurs prix lors de championnats.

 

Edwige Latrille est une comédienne de la compagnie Le Bal de Saint-Bonnet, pour laquelle elle anime des ateliers pédagogiques de théâtre et de contes. Lors des Portes du Temps, elle guide avec Louise les enfants à travers le château et l’histoire accompagnée de sa fidèle marionnette, Philibert.

 

Ydire Saïdi est comédien, conteur et professeur d’art dramatique. Cet été, les participants l’ont suivi avec Constance lors d’une visite du château ponctuée de contes.

 

Marie-Laure Saint-Bonnet est comédienne, metteur en scène et directrice artistique de la compagnie Le Bal de Saint-Bonnet qui organise de nombreux ateliers pédagogiques dans plusieurs lieux de patrimoine. Elle a donc l’habitude de faire découvrir le théâtre aux enfants comme aux adultes.

 

Lucille Vrignaud conduit les ateliers d’arts plastiques (maquettes et pochoirs). Elle est une artiste plasticienne touche-à-tout qui travaille au sein de Ludwik, une société porposant aux enfants de découvrir le patrimoine d’ïle-de-France, dont le château de Fontainebleau.

Claire et Marie-Laure

L’EQUIPE DE MEDIATION :

 

Louise Renault, Claire Bandinelli, Constance Bidault et Marine Laplaud sont toutes médiatrices culturelles pour Ludwik. Elles mènent toute l’année des visites guidées dans plusieurs sites patrimoniaux, dont le château de Fontainebleau.

 

 

 

L’EQUIPE DE COORDINATION :

De gauche à droite: Estelle, Juliette, Suzanne, Christelle, Marie-Honorine

Estelle Pataut est responsable du département de l’Action Culturelle au château de Fontainebleau. Elle organise les Portes du Temps depuis 2009.

 

Christelle Brou-Launay est adjointe à la responsable du département de l’Action Culturelle. Elle est en charge de la coordination sur le terrain des Portes du Temps.

 

Véronique Dubreucq est assistante au sein du département de l’Action Culturelle. Elle est en charge de la coordination sur le terrain des Portes du Temps.

 

Marie-Honorine Buisset est en formation d’animation socio-culturelle au château de Fontainebleau. Elle est entre autres en charge de l’évaluation de la satisfaction des participants, au travers de différents outils tels que les questionnaires, les smileys, ou encore l’urne à messages.

 

Suzanne Ducreau effectue son stage de fin d’études de l’Ecole des Arts et de la Culture au château de Fontainebleau. Elle est, avec Juliette, en charge du blog de l’opération et de la coordination de l’opération.

 

Juliette Giambiasi effectue au château de Fontainebleau un stage dans le cadre de son master à Sciences Po Paris. Elle est, avec Suzanne, en charge du blog de l’opération et de la coordination de l’opération.

 

Comment reconnaître un meuble Premier Empire ?

 

Reconnaître le style d'un meuble n'est pas toujours évident ! Puisque le thème des Portes de Temps, cette année, porte sur Napoléon Ier, cet article vous donne quelques conseils pour reconnaître un meuble Premier Empire ...

 

 

 

Des influences de l'Antiquité 

 

          L'Antiquité revient régulièrement à la mode. Du 16ème au 19ème siècle cette période oubliée puis reprise influence les arts aussi bien sous François Ier que sous Louis XIV ou encore Louis XVI !

          Sous Napoléon Ier, l'Antiquité est conservée comme idéal mais de manière beaucoup plus stricte et fidèle. C'est à partir de recherches effectuées pendant des fouilles archéologiques que les ornements et les formes des meubles sont reproduits à l'identique. L'Empereur veut affirmer sa grandeur et son pouvoir en faisant référence aux grandes civilisations.

 

  • Les lignes droites inspirées de l'architecture gréco-romaine sont très présentes dans le mobiler Premier Empire, souvent dépourvu de courbes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • La palmette est un motif décoratif en forme de feuille de palmier. Elle est très utilisée pour orner les vases antiques et reprise comme modèle décoratif pour les meubles du Premier Empire.

 

 

 

 

 

Vase étrusque du 4ème siècle avant JC

orné de palmettes. 

©Getty images

Lit Premier Empire orné de palmettes.

©RMNGP

 

  • Les créatures mythologiques telles que les chimères ou les sphinx ailés sont souvent représentés en bronze doré pour orner le mobilier Premier Empire. Ils peuvent également servir de pied de table ou d'accoudoir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Les meubles dont les montants sont en forme de "x" et les tables rondes redeviennent très à la mode sous Napoléon Ier car ils reprennent la forme des meubles utilisés pendant l'antiquité gréco-romaine.

 

 

 

 

 

Jardinière ornée de sphinges ailées et de palmettes. © Sophie LLOYD

Détail de la jardinière, sphinge ailée.

Détail d'un métier à tisser Premier Empire. © Sophie LLOYD

Fauteuil avec des accoudoirs en forme de chimères.

Commode Premier Empire ornée de chimères et de palmettes.

 

  • Les camées sont des pierres fines sculptées utilisés comme bijoux durant l'Antiquité. Au Premier Empire, ils servent à orner le mobilier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une touche militaire

 

​         Lorsque Napoléon Ier règne il tient à diffuser une image de force et de pouvoir. Les conquêtes et les décisions de l'Empereur marquent le mobilier d'un enthousiasme guerrier. Le style Empire est très nettement influencé par l'Empereur Napoléon Ier qui impose son goût pour les éléments massifs et imposants. Les campagnes militaires, notamment celle d'Égypte, inspirent certains décors. Les attributs guerriers foisonnent et sont souvent inspirés des emblèmes militaires de l'Empire romain. 

 

  • Souvent utilisé le bois en acajou massif renforce l'impression de sévèrité et de dureté du mobilier Premier Empire. C'est également le cas des socles et bases en marbre qui ajoutent aux meubles un aspect solide et massif.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Les emblèmes relatifs à la victoire, à l'empire ou à la guerre sont très en vogues. Tête d'aigle, couronne de laurier des césars, armes, casques, torches et victoires ailées sont des emblèmes militaires antiques largement représentés sur le mobilier sous Napoléon Ier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fonctionnalité innovante

 

Les meubles ci-dessous, encore utilisés aujourd'hui, ont été inventés sous Napoléon Ier. Ils sont fonctionnels, c'est à dire qu'ils ont été pensé et créé de manière à faciliter et améliorer les tâches de la vie quotidienne.

 

 

 

 

Détail du somno de Napoléon Ier orné d'un camée bleu. ©RMNGP

Table Premier Empire en marbre et accajou ©RMNGP

La couronne de laurier qui orne cette commode Premier Empire nous rappelle celles des empereurs romains. ©RMNGP

Table décorée de sphinges ailées, motif récurrent après les campagnes militaires en Egypte ©RMNGP

Somno de Joséphine©RMNGP

Somno de Joséphine©RMNGP

Le somno est l'ancêtre de la table de chevet, cet objet apparaît sous le règne de Napoléon Ier. Il permet de ranger son pot de chambre et sa bougie.

Paumier de l'Empereur ©RMNGP

Paumier de l'Empereur ©RMNGP

Le paumier n'est plus utilisé aujourd'hui. Pourtant sous le Premier Empire c'est une innovation puisque ce fauteuil permet de se réchauffer les pieds devant la cheminée tout en gardant son dos protégé des courants d'air et en restant soutenu par un dossier.

Psyché

Psyché

Ce meuble avec son miroir pivotant est très en vogue sous le Premier Empire.

Bureau Premier Empire©RMNGP

Bureau Premier Empire©RMNGP

Ce bureau mécanique d'Elisa Bonaparte est le résultat de beaucoup d'ingéniosité.

Siège ployant fait de montants en  X qu'il est possible de rabattre©RMNGP

Table ronde Premier Empire©RMNGP

Somno, ancêtre de la table de chevet.

 

Sphinge, Sphinx ou chimère ? 

 

Le sphinx symbolise la force et la puissance du pharaon dans l'Égypte antique. Il est souvent représenté avec un buste d'homme et un corps de lion. Le sphinx, mâle, est mis à la mode après la campagne d'Égypte menée par Napoléon Ier. Pour visualiser un sphinx cliquez ici.

 

La sphinge est une créature fantastique de la mythologie grecque qui peut être qualifiée de "sphinx féminin". Elle est habituellement représentée avec un buste de femme, un corps de lion et des ailes d'oiseau.

Pour visualiser une sphinge cliquez ici.

 

La chimère est un monstre de la mythologie composé de différents animaux. Par exemple, une tête de lion avec un corps de serpent et des ailes d'oiseau.

Pour visualiser une chimère cliquez ici.

 

 

 

Table à ouvrage.

Elle repose sur des pieds en X©RMNGP